Les entreprises de la métallurgie veulent séduire les jeunes

Les entreprises de la branche métallurgie ont annoncé vouloir réaliser 150 000 embauches dans les cinq ans à venir.

Frédéric Saint-Geours, président du GFI (Groupe des fédérations industrielles) et de l’UIMM (Union des industries et métiers de la métallurgie), précise les blocages actuels dans ce secteur.

 

« Les entreprises de la métallurgie proposent davantage de contrats en alternance qu’il n’y a de jeunes pour les occuper. Sur la période 2012-2013, nous constatons un déficit de 2 000 candidats. Nous en visions 40 000, nous n’en avons accueilli “que” 38 000 (dont 27 000 en apprentissage), même si, en soi, ce chiffre constitue aujourd’hui un record pour la branche. C’est vraiment dommageable, tant pour la métallurgie que pour les jeunes, puisque les chiffres d’abandon sont plutôt bas (12 %, contre près de 20 % au plan national [3]), les taux de réussite aux examens très élevés (90 %), et que l’accès à l’emploi six mois après la fin du cycle d’alternance s’élève à 85 %. »

 

Ce contenu a été publié dans actus. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *